« Le livre de Hanna » de Géraldine Brooks

LA HAGGADA DE SARAJEVO :
un manuscrit miraculé.

Dévorée par les flammes lors d’un bombardement la nuit du 25 au 26 août 1992, la « biblioteka » de Sarajevo a perdu 90 % de ses collections. Deux millions d’ouvrages ont été dévorés par les flammes provoquées par les bombes au phosphore lancées par l’artillerie serbe. Des siècles de mémoire anéantis en quelques heures, comme à Strasbourg en 1870, à Leipzig ou Varsovie pendant la seconde guerre mondiale ou plus récemment à Phnom Penh, Kaboul et Bagdad. Installée depuis, provisoirement, dans l’ancienne caserne du Maréchal-Tito, elle reconstitue peu à peu son fonds grâce à des dons internationaux et à un patient travail de restauration. Une façade criblée d’impacts de balles, des fenêtres aveugles, condamnées par des planches de bois… Au cœur du vieux quartier ottoman de Sarajevo, la Vijecnica, cet imposant bâtiment de style mauresque construit à la fin du XIXe siècle n’a pas fière allure…

La Vijecnica à Sarajevo

Parmi les nombreux manuscrits que possédait cette bibliothèque, l’un d’entre eux d’origine moyenâgeuse est connu sous le nom de « Haggada de Sarajevo ».
Introuvable dans les décombres de l’incendie, il fut peu après restitué par un bibliothécaire bosniaque qui l’avait sauvé en le cachant dans le coffre d’une banque avant le désastre.

Mais ce manuscrit avait déjà été épargné de justesse en 1941 de la convoitise et des destructions nazies, là encore grâce à la clairvoyance d’un bibliothécaire et était resté à l’abri jusqu’après la guerre dans la mosquée d’un village de montagne !

À partir de ces aventures mouvementées et authentiques, Géraldine Brooks, auteure australienne vivant aux USA, correspondante de guerre pour le Wall Street Journal a voulu imaginer et raconter l’Odyssée de ce précieux manuscrit à travers les siècles.

Le roman met en scène une jeune femme restauratrice de manuscrits anciens, qui grâce à de petits indices découverts lors de l’expertise de la Haggada reconstitue son périple :
Depuis sa patiente conception dans l’Andalousie arabe au milieu du XIVème siècle jusqu’à notre époque, l’auteure imagine un voyage à travers le temps et les tourments de l’Europe (Séville, Tarragone, Venise, Vienne…)
Ce sont autant d’occasions de visiter et mieux connaître les communautés juives des derniers siècles.
C’est aussi pour la narratrice l’opportunité de reconstruire son histoire personnelle.

Ainsi, en alternant le récit des événements du passé et sa propre aventure contemporaine, l’héroïne nous offre un beau voyage et une belle histoire de tolérance et de transmission.

« Le Livre de Hanna » de Géraldine Brooks (Ed. Belfond)

Ce contenu a été publié dans Culture juive, Littérature, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>